Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Le sablier....Il y a un an....

     

    L’émigré

    Oh où vas-tu?
    Ne te presses pas, tu reviendras
    Comme tant d’autres ignorants avant toi,
    Comme tant d’autres ignorant avant moi,
    sont revenus

    Combien de pays et de terres vides as-tu vu?
    Combien de temps as-tu perdu?
    Combien encore en perdras-tu ?
    Oh émigré
    Sais-tu ce qui se passe?
    Le destin et le temps suivent leur cours, mais tu l'ignores

    Pourquoi ton cœur est-il si triste?
    Et pourquoi demeures-tu si misérable?
    l’échec sera le résultat de ton regard obtus.
    Les jours passeront, et ta jeunesse aussi .
    Pauvre garçon, tu as raté ta chance, comme avant toi j’ai raté la mienne
    Oh émigrés, je vous donne un ultime conseil !
    étudiez ce qui est de votre intérêt avant de vendre ou d'acheter
    Sinon, in challah, vous vivrez mes mésaventures,
    Pour rejoindre d’un pas rapide, notre seigneur Dieu.


    LES RITA MITSOUKO - Marcia Baila par doleho

  • Le journal ivoirien "Le Nouveau Courrier" toujours suspendu



    Le 10 juin 2013, 34 entreprises de la presse ivoirienne ont été fermées pour raison administrative, entraînant la suspension de nombreux titres. Mais il s’avère que, pour un certain nombre d’entre eux, ces mesures sont prolongées, même lorsque les responsables des journaux concernés ont satisfait à toutes leurs obligations. C’est le cas du Nouveau Courrier dont les abonnés viennent de recevoir la lettre suivante signée de son fondateur, Théophile Kouamouo :

    "Chers abonnés,

    Depuis plus de deux semaines, votre quotidien est réduit au silence en raison de la suspension ordonnée par le Conseil national de la presse (CNP) qui le frappe. Cette suspension a pris prétexte d’un certain nombre de faiblesses administratives et fiscales réelles, liées à nos difficultés financières, pour tourner désormais à la persécution pure et simple.

    Depuis que nous avons transmis les documents demandés au CNP, il nous bombarde de nouvelles exigences à chaque fois que nous satisfaisons aux précédentes. Désormais, le régulateur de notre profession prétend que nous n’avons pas un vrai siège, et que notre rédaction se trouve dans une "cuisine". S’il est vrai que notre rédaction se trouve à un endroit au confort plus que spartiate, il ne s’agit pas d’une cuisine. Le CNP viendra visiter nos locaux mardi. Et nous mettons tout en oeuvre pour présenter un visage avenant. Tout en n’étant pas dupes de ses manoeuvres.

    Si nous avons tenu bon, c’est parce que nous avons réalisé que dans cette épreuve, vous, abonnés, ne nous avez pas abandonnés. C’est un réconfort indicible, qui va bien au-delà de votre participation financière à notre effort commun. De notre côté, nous "survivons" sur Internet, en publiant gratuitement un certain nombre d’articles sur notre site.

    Merci de nous conserver notre confiance. Ensemble, nous y parviendrons.

    Bon week-end."

    Théophile KOUAMOUO

    source: soutien et liberté

    http://soutienetliberte.wordpress.com/2013/06/29/le-journal-ivoirien-le-nouveau-courrier-toujours-suspendu/