Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

sarkozy

  • Il y a un an: LA FRANCE décidait d'assumer l'apocalypse

    Et Pierre-Jean Verbraeken, "Brillant Homme de l'Ombre" nous quittait, dans une fulgurance.

    Ce soir je pense particulièrement à sa grande famille, (plus particulièrement ses parents, ses frères et ses enfants) qui est aussi un peu la mienne,  et à la grande famille ivoirienne.

    Que cette dernière nous pardonne, cette apocalypse  n'a pas été faite en notre nom et l'heure de la libération approche:gardons espoir.

    http://cestquandquilpartsarko.fr/

    Saper Aude

    Retour le sept avril 2011:

    "Hier soir, après une journée rocambolesque et destructrice nous écrivions ceci

    la-france-est-elle-prete-a-assumer-l-apocalypse.html

    Après avoir proclamé haut et fort ceci 396260.html

    Alors quelle est cette contradiction ? Car enfin on a entendu hier Huppé mentir et dire que la france n'était pas sur le théâtre des opérations, que c'était les FRCI qui combattaient.

    Si ce sont les FRCI Qui combattent c'est donc, la preuve par Longuet, que la France a choisi d'assumer l'apocalypse.

    Toutes nos sources sur place nous parlent d'hélicoptères français survolant la présidence depuis hier soir, la bombardant. 

    Les ficelles les plus grossières sont même inventées pour l'opinion publique française:

    http://laurentgbagbo.wordpress.com/2011/04/07/cote-divoire-la-france-revient-sur-sa-parole-et-bombarde-a-nouveau-le-palais-de-laurent-gbagbo/

    Soyons rassurés, l'opinion publique française va ouvrir les yeux car notre volatile nationale, considére comme l'outil d'information le plus fiable de france, a commencé à donner des élements plus que fiables hier:

    l-etat-francais-a-arme-les-forces-pro-ouattara-le-canard-enc.html

    A l'heure qu'il est l'AFP n'a toujours pas annoncé la mort du président Gbagbo qui, rappelons le, aurait du mourir depuis jeudi soir.

    Son entourage fidèle s'exprime même dans Slate sans langue de bois:si-ivoiriens-ne-voulaient-pas-gbagbo-il-partirait"

     

    Saper Aude

  • Côte d'Ivoire: les forces d'Alassane Ouattara traquent les pro-Gbagbo

    article et temoignages sur 20110412-nord-abidjan-heurts-poursuivent-entre-forces-republicaines-pro-gbagbo

    Reuters
    Par RFI
    Au lendemain de l'arrestation du président sortant Laurent Gbagbo, les violences se poursuivaient à Abidjan, ce mardi 12 avril 2011. Les Forces républicaines de Côte d'Ivoire (FRCI) d'Alassane Ouattara ou des hommes armés se réclamant de lui continuent de traquer les milices et militaires gbagbistes. A Yopougon et Koumassi notamment, la traque se fait sans discernement. Des témoins signalent des exactions et des exécutions sommaires.

    Malgré l’arrestation du président sortant Laurent Gbagbo, la crise n’est pas terminée à Abidjan ce mardi. Dans plusieurs quartiers, la population vit dans la peur du fait des hommes en armes qui circulent dans les quartiers. « L’arrestation de Gbagbo est une grande joie pour nous, expliquait un homme à notre envoyé spécial ce mardi matin. Mais dans mon quartier, Yopougon, beaucoup de jeunes ont des armes. Ils risquent de se venger ». « On a peur des représailles », disait un autre. « Il y a beaucoup d’armes qui circulent. On ne se sent toujours pas en sécurité », indiquait un troisième.

    NOTRE DOSSIER SPÉCIAL : CRISE EN CÔTE D'IVOIRE

    Effectivement, les ratissages des FRCI (pro-Ouattara) suscitent la terreur, en particulier à Yopougon, un quartier du nord d'Abidjan majoritairement favorable au président sortant. De nombreux témoignages font état  de véritables chasses à l'homme. Les soldats pro-Ouattara recherchent des jeunes miliciens et des militaires pro-Gbagbo. « Hier, ils sont rentrés dans le quartier de Sicogi, précisément, à Yopougon, et ils ont ouvert le feu. Il y a eu 17 victimes, a affirmé Arnaud, un habitant, joint par RFI, qui a fui les exactions.  Ce matin, encore, ils continuaient à [faire du] porte à porte.(...) Ils disent que ce sont les garçons qui constituent les miliciens de Gbagbo ».
    Témoignage d'Arnaud, de Yopougon, qui a fui les exactions.
    Cet homme dit faire partie des cibles, même s'il dit ne pas être lui-même milicien:

    Ce n’est pas écrit sur mon visage. Quand ils te voient bien bâti, bien valide, ils ne cherchent plus à comprendre. Parce que, là bas, tout le monde est considéré comme pro-Gbagbo. Ce qui n’est pas forcément vérifié. C’est ça qui nous effraye. Donc, on a préféré quitter tous le quartier. On est allé se réfugier dans une cachette en lieu sûr.

    Écouter (00:53)
     
     

    12/04/2011 par Carine Frenk

    Deux témoins joints par RFI, confirment que de nombreux jeunes hommes du quartier ont fui leur domicile ou se cachent comme ils peuvent.
    De l'autre côté de la lagune, dans le quartier de Koumassi, des témoins font également état d'opérations de ratissage, souvent sans discernement.

    Témoignage d'un habitant du quartier Koumassi
    Ils recherchent tous ceux qui sont avec Gbagbo. Ils rentrent dans les maisons sur indication (…) Quand ils arrivent, ils demandent s’il y a un bété [ethnie de Laurent Gbagbo, Ndrl] qui habite là ou bien un « corps habillé » (militaire ou policier, Ndrl). Si tu as collaboré avec Gbagbo tu es une cible. Si tu n’as pas collaboré mais que tu es de l’ouest, tu va aussi payer pour ça.(…) J’ai vu un monsieur, un corps habillé, qui a été enlevé de son domicile. Ils l’ont trimbalé au milieu de la route. Sur la chaussée et il a pris un plomb dans la tête. De la fenêtre, j’ai regardé.

    Écouter (00:57)
     
     

    12/04/2011 par Carine Frenk

     

    Que sont devenus les caciques du régime Gbagbo ?

    Cent six personnes ont été conduites de force, lundi 11 avril 2011 dans après-midi, de la résidence présidentielle à l'Hôtel du Golf. Depuis ce mardi matin, elles ne sont plus que cent cinq. Désiré Tagro est décédé dans une clinique d'Abidjan après avoir reçu une balle dans la mâchoire. Guillaume Soro a ordonné une autopsie pour déterminer si le secrétaire général de la présidence de Laurent Gbagbo est mort suite à un tir des FRCI (Forces républicaines de Côte d'Ivoire, pro-Ouattara) ou s'il s'est suicidé. Depuis lundi après-midi, Laurent Gbagbo et ses proches sont retenus dans trois points différents de l'hôtel. Le président sortant, son épouse Simone, les enfants et les petits enfants arrivés totalement apeurés et affamés sont sécurisés dans une suite située au quatrième étage.  D'autres notables du FPI (Front populaire ivoirien), tels que Aboudramane Sangaré et sa mère, ont eu aussi droit à une chambre. Pour échapper au lynchage, des dizaines d'autres ont été mis en sécurité au « Flamboyant », le bar de l'hôtel. Enfin, les militaires mais aussi du personnel de la résidence ont été déshabillés et se retrouvent désormais captifs sur les cours de tennis du palace. Ce mardi, d'autres caciques du régime Gbagbo, tel que le ministre de l'Economie Désiré Dallo, sont venus trouver refuge au quartier général d'Alassane Ouattara. Pascal Affi Nguessan, le président du FPI, et Ahoua Don Mello, le porte-parole de Laurent Gbagbo, ont eux été aperçus sur la base militaire française de Port-Bouët. Le mystère demeure concernant Charles Blé Goudé. Selon ses proches, le leader des jeunes patriotes se cache actuellement en dehors d'Abidjan.

  • Pour ceux qui en doutaient encore , la France est gouvernée par un grand malade qui devra rendre des comptes