Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

gbagbo

  • Ich bin ein Berliner , Ich bin ein Abidjaner

    Par Bruno Ben Moubamaba

    http://moubamba.com/ich-bin-ein-berliner-ich-bin-ein-abidjaner/

    8 avr 2011I
    Des activistes dozos (de Ouattara) nous attaquent au prétexte q’un Gabonais ne devrait pas se mêler de la crise ivoirienne mais nous leur répondons comme le Président John Kennedy : « Ich bin ein Berliner » (« Je suis un Berlinois ») ! ou plus précisément « Ich bin ein Abidjaner, Je suis un Abidjanais. Rappelons que le « Je suis un Berlinois » est une citation célèbre du discours de Kennedy lors de sa visite à Berlin-Ouest le 26 juin 1963, quinze ans après le blocus de Berlin.

    Cette phrase avait pour but de montrer le soutien des États-Unis aux habitants de l’Allemagne de l’Ouest, et notamment aux Berlinois. Berlin-Ouest était en effet enclavée dans les territoires communistes de la RDA et le Mur de Berlin séparait la ville en deux depuis presque deux ans.

    Or Abidjan (toutes proportions gardées) fait l’objet d’un blocus à nul autre pareil.

    -      Blocus politique : Les Nations Unies sont comme saisies de fureur contre un petit état africain dans un contexte qui rappelle l’arrivée du futur Maréchal Mobutu à Kinshassa dans les années 1960 et le meurtre de Lumumba le Premier Ministre congolais, à cette exception que Ban-Ki-Moon l’actuel Secrétaire Général de l’ONU n’a pas l’envergure d’un Dag Hammarskjöld. Ce dernier est né le 29 juillet 1905à Jönköping en Suède et mort dans un accident d’avion le 18 septembre 1961, est un diplomate suédois, qui fut secrétaire général des Nations unies de 1953 à 1961 et auquel fut décerné à titre posthume, en 1961, le prix Nobel de la paix. La preuve ? Ban-Ki-Moon n’arrive même pas à reconnaître les crimes de guerre de Ouattara dans l’ouest de la Côte d’Ivoire.

    -      Blocus économique : Des sanctions incomparables ont été votées contre le régime de Gbagbo qui est pourtant loin de la Junte militaire sanguinaire de Birmanie, pour ne citer que celle-ci et contre laquelle rien n’est fait.

    -      Blocus militaire : Le journal français Le Canard Enchaîné a été un des rares médias occidentaux à révéler l’utilisation de la puissance militaire de la Licorne Française (une des plus grandes armées du monde) pour « tuer » le « Président légal » de la Côte d’ivoire : Laurent Gbagbo. Pendant ce temps, l’OTAN piétine devant le Colonel Khadafi.

    -      Blocus médiatique : pratiquement, l’ensemble des grands médias du monde occidental ont été forcés de prendre partie pour Ouattara et contre Gbagbo.

    Quelle est donc la marque des lâches depuis les cours de recréation de notre enfance ? Ils s’en prennent toujours à plus faible que soi et sont incapables de se mesurer à des enfants d’égale force. Même les loups qui chassent en bande n’attaquent qu’une proie « à terre ».


    POUR UNE FIN DU TEMPS FRANCAFRICAIN !
    Il faut soutenir Gbagbo pour deux raisons principales :

    La bataille d’Abidjan est une bataille pour la fin du temps françafricain ; et il est étonnant que c’est celui qui avait promis d’en finir avec la Françafrique en 2007 qui est en train de l’achever sous nos yeux alors qu’il pensait la renforcer ! LOL comme disent les jeunes !
    Si Gbagbo tombe ou si son combat ne perdure pas au-delà d’une mort toujours possible, l’Afrique francophone est perdue jusqu’au XXIIe siècle. Nous en sommes plus que persuadés !
    L’heure n’est plus aux petits calculs politiciens du genre « oui, mais si nous soutenons Gbagbo ouvertement, l’Élysée va nous empêcher de gérer nos pays ». Ce sont là de courtes vues qui démontrent bien qu’une certaine génération n’est plus au niveau du débat africain. Ceux qui pensent aussi qu’en France, on peut encore assassiner des opposants pour délit de « libre expression » sont un peu ridicules. C’est le temps du courage !

    Voici un extrait du discours prononcé par le président J. F. Kennedy devant le mur de Berlin le 26 juin 1963 :

    « Il y a beaucoup de gens dans le monde qui ne comprennent pas ou qui prétendent ne pas comprendre quelle est la grande différence entre le monde libre (l’Afrique francophone)et le monde communiste (le monde françafricain).

    Qu’ils viennent à Berlin (Abidjan) !

    Il y en a qui disent qu’en Europe et ailleurs, nous pouvons travailler avec les communistes (être complices de la Françafrique).

    Qu’ils viennent à Berlin (Abidjan) ! Lass sie nach Berlin kommen (« Qu’ils viennent à Berlin (Abidjan) ») !

    Notre liberté éprouve certes beaucoup de difficultés et notre démocratie n’est pas parfaite. Cependant, nous n’avons jamais eu besoin, nous, d’ériger un mur pour empêcher notre peuple de s’enfuir. (…) Le mur fournit la démonstration éclatante de la faillite du système communiste (françafricain). Cette faillite est visible aux yeux du monde entier. Nous n’éprouvons aucune satisfaction en voyant ce mur, car il constitue à nos yeux une offense non seulement à l’histoire mais encore une offense à l’humanité.

    (…)


    Tous les hommes libres, où qu’ils vivent, sont citoyens de Berlin (d’Abidjan). C’est pourquoi, en tant qu’homme libre, je suis fier de dire : Ich bin ein Berliner ! (Je suis un Berlinois). ».  — John F. Kennedy.

    Je dirais même plus, pour paraphraser les frères Dupont dans « Tintin et Milou » : Je suis un Abidjanais !

    Bruno Ben MOUBAMBA. Vice-président de l’Union Nationale interdite au Gabon. bruno@moubamba.com

  • Côte d'Ivoire - Le Panel de l'Union africaine propose de revenir aux Accords jamais respectés de Ouagadougou

    via le gri-gri international

    http://www.legrigriinternational.com/ 

    Alassane Ouattara, mis K.-O. par Jacob Zuma et le panel de l'UA

     

    28 novembre 2010 au soir. Second tour de la présidentielle ivoirienne. Au regard du taux de participation, de près de 10 points inférieur à celui, remarquable, du premier tour, les plus chevronnés observateurs l'annoncent : Laurent Gbagbone peut pas perdre. Avec les plus de 80% de participation du premier tour, Alassane Ouattara pouvait espérer le battre, à condition de bénéficier des reports pleins et entiers des suffrages recueillis par le troisième candidat, l'ancien président Henri Konan Bédié. Avec les à peine 70% annoncés tout à la fois par Youssouf Bakayoko, président de la Commission électorale (soi disant) indépendante (et en fait ouattariste) et par France 24, la messe était dite et ADO cuit... Une large part des partisans de Bédié avaient préféré ne pas aller voter, incapables, contrairement à leur candidat, de se résoudre à élire Ouattara - fut-ce pour battre Gbagbo. C'est là que le putsch médiatico-politique a débuté vraiment... D'un peu partout fusèrent des mails, sms et bientôt même des tweets. Qui tous, au contraire, annonçaient un irréel et irréaliste score de près de 55% en faveur de... Ouattara ! La CEI se mit au boulot. Les (ultra minoritaires) favorables à Gbagbo en son sein dénoncèrent rapidement des fraudes massives, des registres électoraux falsifiés, des signatures absentes ou contrefaites... des bureaux de vote où Gbagbo ne recueillait pas un suffrage, alors même que ses représentants étaient présents, puisque leurs "signatures" apparaissaient... d'autres où le nombre de suffrages exprimés (bêtise, mépris et suffisance des tricheurs) est supérieur à celui des inscrits... bref, une pantalonnade électorale. Réalisée d'autant plus facilement que le Centre et le Nord du pays, sous contrôle rebelle, n'ont jamais été démilitarisés. Bravo l'ONU. Avec ses deux pantins, Ban Ki Moon le controversé et Choi la Muppet. R esponsables du non désarmement des rebelles deGuillaume Soro, financés depuis septembre 2002 par ADO et soutenus quasi officiellement par la France, via le Burkina Faso de Blaise Compaoré.

    La CEI, incapable de "consolider sur la base du consensus"des résultats faussés, il fut essayé de proclamer illégalement des résultats bidon, donnant ADO vainqueur. L'image de cette feuille mensongère arrachée des mains d'un escroc électoral fit le tour des médias occidentaux (et donc africains, déplorons leur suivisme confinant à l'aliénation). Image, comme le scrutin, détournée de son sens... Infoutue donc de produire des résultats fiables dans son temps de compétence, la CEI devait techniquement céder la place au Conseil constitutionnel. (Ce qu'elle finira par faire, d'ailleurs, au regard du strict respect des institutions ivoiriennes et desaccords de Ouagadougou, qui jamais n'ont mis aucune autorité au-dessus des institutions nationales). Mais sous les pressions conjuguées des ambassadeurs français et américain, Bakayoko fut "extrait" de la CEI. Pour aller annoncer, Choi l'a avoué, les frauduleux résultats à l'ONUCI.Muppet Choi refusa. Il veut bien certifier les conditions de vote calamiteuses, les bourrages d'urnes et les violences. Mais pas assumer l'annonce. On opta pour l'Hôtel du Golf. (Il faut avoir entendu Bakayoko, des semaines plus tard, sur lacoopé-loniale RFI, oser prétendre qu'il ignorait que le dit hôtel était le QG de Ouattara !).
    La suite, chacun la connaît : le Conseil constitutionnel ivoirien a annulé des votes - comme la CEI l'avait fait avec les suffrages de la diaspora ivoirienne en France. Et proclamé Laurent Gbagbo vainqueur des élections et nouveau président de la république de Côte d'Ivoire. Un Conseil constitutionnel dont aura été mise en doute une légitimité sous la protection de laquelle pourtant et Sarkozy, le 2 décembre, puis Ouattara, le 4, auront tenté de se placer.

    Depuis, Ouattara, "reconnu" jusque sur Mars mais incapable de soulever un mouvement populaire, est le pauvre président du peuple, héroïque et spolié de sa victoire par le dictateur Gbagbo, avec ses bras longs et bolloréens, ses mains pleines de doigts patriotes ensanglantés ! L'hollywoodien film était en marche. Sarkozy, bien avant Alliot-MarieFillon et le monokineur Boris Boillon, mettait la diplomatie et la politique étrangère française sur le trottoir. Comme Chirac, refusant d'honorer en 2002 des accords de coopération militaire, lorsque la meurtrière rébellion s'élança, sous prétexte de ne pas défendre Gbagbo, déjà.

    Les missions de conciliation de l'Union africaine ou les menaces de la Cédéao, toutes, ont fini par achopper sur une réalité : Ouattara a triché… et par conséquent, suite à l'élimination, régulière, logique et morale du tricheur : Laurent Gbagbo a gagné. Comment l'avouer sans se dédire ? Même les médias ne savent pas faire ça. Depuis mi janvier et les premières révélations du forfait, chacun l'a compris, la question est moins de savoir comment déloger le légitime vainqueur Gbagbo, que de réussir à soustraire le perdant grugeur Ouattara. Le moins indignement et le moins violemment possible. Comment épargner ses soutiens et souteneurs notoirement impliqués. De Sarkozy à Soros, avec son avion "prêté" à ADO et les officieux et subventionnés services de Human rights watch, ses communiqués aussi invérifiés qu'invérifiables sur des charniers aussi inexistants que nécessairement gbagbistes. En passant par les lobbyistes d'Avaaz et les spéculateurs de cacao d'AmarajoFaure Gnassingbé, président togolaid dynastique aussi illégitime qu'Ali Bongo. Et Wade, bientôt centenaire. Le remplaçant, le joker nigerian Goodluck Jonathan. Blaise Compaoré, là depuis 23 ans… Comment retenir le violent Soro, l'éternel rebelle qui a compris lui que Ouattara était rincé. Mais qui doit des comptes à ses hommes, ses chefs rebelles régnant sur le Nord et le Centre depuis 2002 au prix de 10 000 morts (jamais dénoncés par "la communauté internationale" ou les ONG).
    Au final, les yeux baissés ou avec soulagement, les deux parties ont accepté de s'en remettre à l'Union africaine. Un panel de présidents africains a été désigné lors du sommet d'Addis Abeba. Sarkozy réussira à y imposer le soldat français Compaoré, pourtant plus que partie prenante et partial. Par trouille de l'influence et du poids de l'Afrique du Sud de Zuma, également sollicitée. Et bien moins mauviette que celle de Thabo Mbeki. Preuves par l'absurde que l'atmosphère a changé : presque plus du tout de sujets sur la Côte d'Ivoire à la télé française… loin de la curée raciste des semaines folles de décembre. Loin de la désormais embarrassante Côte d'Ivoire.

    La semaine dernière, le pitre sanguinaire Soro lança sa "révolution tunisienne de Côte" d'Ivoire (ou égyptienne, tant il serait en peine de les distinguer). Elle devait démarrer d'Abidjan à partir du 21 février. Entre amateurisme et décadence. Aussi aveuglé que Ben Ali ou Moubarak. Refusant de voir que même dans une localité comme San Pedro, pourtant dirigée par un ouattariste, plus personne pour "les rebelles" ne se lèvera... Soro se ravise et décide que sa révolution finalement démarrera à Bouaké. "Fief rebelle". Ou ville martyre. Et le 19 plutôt que le 21. Soro "le séquestré", qui, depuis des semaines, butine et lutine les primatures et présidences africaines (au point de se faire éconduire par Zuma qui refusera de le recevoir !). En quête de soutiens à ramener à la Ruche du Golf Hôtel reconnue par l'ONU. Soro arrive le jour dit à Bouaké. Mais tout seul : le public est pas venu. Le voilà obligé de transformer le fiasco en une rencontre, sûrement prévue de longue date, avec des chefs coutumiers et religieux…
    Le 21 février, toujours dans l'indifférence médiatique, le panel arrive à Abidjan. Enfin, presque. Les jeunes patriotes ivoiriens dévoués au ministre Charles Blé Goudé, en manifestant à l'aéroport contre sa venue, ont réussi à faire renoncer le Mobutu de Thomas Sankara, Blaise Compaoré. Laurent Gbagbo a reçu le panel. S'est expliqué. A présenté les pièces du dossier omises ou occultées par Choi. Alassane Ouattara, ultime chochotterie, a d'abord refusé de rencontrer Zuma. Sous prétexte de l'absence de Compaoré. (Rires). Le reste du panel, le Mauritanien Ould Abdel Aziz, le Tchadien Idriss Déby et le Tanzanien Jakaya Kikwete, a été ferme : avec Zuma ou rien. De cela non plus, la presse occidentale ne se fit pas l'écho. Puis Ouattara a cédé. Au même moment, l'opportune Amnesty International publie elle un communiqué qui dénonce les violations des droits de l'homme des deux camps. Quelle pondération soudaine ! Jusque-là, qui aurait osé admettre que, bien que peu nombreux, les partisans à mains nues de M.Ouattara étaient singulièrement dotés en armes à feu lourdes et légères ?

    Zuma prévint qu'il ne voulait pas voir de "rebelles" aux abords du Golf quand il y serait. (Est-ce pour ça que Soro est parti ?). Quelques dizaines de jeunes ouattaristes en retard d'une conspuation l'accueillirent en l'injuriant. Derniers râles.À l'intérieur, c'est lui qui donne le la. Le pauvre Alassane, le regard vidé, décomposé, hagard, débite un texte aussi insignifiant et pleurnicheur que ses rares interventions télé. Au bout de 3 minutes, il commence à mentir, à prétendre qu'il a gagné les élections, que les mini émeutes que certains de ses partisans essaient de faire démarrer, depuis deux jours, en espérant les voir dégénérer assez pour justifier une intervention franco-onusienne, sont en fait des manifestations pacifiques de bienvenue au panel ! Et que c'est le camp Gbagbo qui en a fait des bains de sang… Sauf que Zuma l'arrête. "Stop, stop, stop..." Il vient de se faire insulter par les jeunes ouattaristes, il connaît leur pacifisme. Toujours poli, il se contente d'exhorter Ouattara à entrer dans la discussion et les photographes à sortir.

    À l'heure où nous publions ces lignes, le panel ne s'est toujours pas officiellement prononcé, quand aux propositions"contraignantes pour les deux parties" qu'il doit formuler. Ce qui n'empêche pas l'AFP et ses relais depuis hier après midi de spéculer sur un éventuel partage de pouvoir… ou un pouvoir tournant sur deux ans… Ultime manière de minorer et déconsidérer le cinglant désavoeu. Un des conseillers de Laurent Gbagbo (et il vaut bien après tout l'AFP et ses mensonges répétés en qualité de source), Alain Toussaint, a depuis hier soir, après le départ de Jacob Zuma, affiché sur facebook un statut aussi serein que vraisemblable, si l'on en juge la débandade et le black out français : "Jacob Zuma et les Chefs d’Etat du panel de l’UA opposés au partage du pouvoir. Propositions : Laurent Gbagbo demeure à son poste de Président de la République jusqu’à l’organisation d’une nouvelle élection présidentielle. Préalables : désarmement effectif des rebelles et des milices, révision et nettoyage du fichier électoral, redéploiement de l’Administration sur toute l’étendue du territoire national." C'est à dire, en somme, un retour aux accords de Ouagadougou jamais respectés…

    De sources dignes de foi et proches du dossier, en provenance d'Afrique du Sud et de Guinée Équatoriale, dont le président Obiang Nguema dirige actuellement l'Union africaine, on serait bel et bien sur cette ligne-là.

    Dessin Fabien Hulot   Texte - GP

     

  • "L'hégémonie européenne vit ses dernières heures à Abidjan"

    17/01/2011 16:21:25
    "L'hégémonie européenne vit ses dernières heures à Abidjan"

    Crise ivoirienne ou le prélude de la guerre Chine-Occident. Pour l'instant, la Chine ne tirera pas un seul coup dans la crise ivoirienne, mais il y a à parier que la prochaine crise sera très différente, car l'hégémonie européenne qui dure depuis l'an 1.454 en Afrique vit ses dernières heures à Abidjan...

    Jean-Paul Pougala (*)
    TEXTE  TAILLE

    Depuis le début de la crise ivoirienne, tout et son contraire ou presque ont été dits. Les Occidentaux soutiennent presque tous M. Ouattara qu'ils appellent « Président élu » alors que les Africains soutiennent presque tous le président sortant Gbagbo qu'ils désignent par « Président Réélu ». Au-delà des choix partisans pour l'un ou
    l'autre président élu ou réélu, il est intéressant de constater qu'il y a une autre bataille celle là à distance qui est en train de se jouer entre la Chine et l'occident en Cote d'Ivoire. A travers des appuis militaires directs ou indirects. L'occident défend une vieille idée de l'Afrique dans laquelle il contrôle tout à travers ses hommes
    de mains et s'accommodent volontiers d'une misère de masse.

    La Chine est celle qui veut changer la donne et faire de l'Afrique la vitrine de sa puissance économique et militaire hors d'Asie. Ce qui froisse fortement l'Union Européenne et les USA. Mais ces derniers ont-ils la force et l'énergie pour résister longtemps au rouleau compresseur chinois qui a malencontreusement décidé de faire de l'Afrique un des piliers de sa superpuissance en construction ? Exactement comme les USA avaient fait de l'Europe il y a 66 ans.

    Pour les Africains, les deux personnages de notre feuilleton symbolisent deux conceptions opposées de la politique africaine.  M. Ouattara,  se définit comme « Houphouetiste », c'est-à dire quelqu'un qui était ouvertement contre les Etats-Unis d'Afrique. En 1963, son mentor Houphouet Boigny (Photo) était avec l'ancien président Sénégalais Léopold Sedar Senghor les 2 principaux fossoyeurs du rêve de Kwame Nkrumah de créer immédiatement les Etats-Unis d'Afrique. Pour Senghor et Houphouet la relation avec la France était plus importante que toute nécessité d'autonomie africaine. Ce dernier avait alors prononcé la célèbre phrase : « Ils disent qu'ils vont unir l'Afrique du Cape au Caire. Il le feront sans nous, sans ma Cote d'Ivoire ». La suite on la
    connaît : l'OUA est née comme une nullité avec un seul programme cher à Senghor et Boigny : « intangibilité des frontières héritées de la colonisation européenne » et adieu le vieux rêve de Nkrumah contenu dans son livre prémonitoire publié en 1961 du titre : AFRICA MUST UNITE (l'Afrique doit s'unir si elle ne veut pas connaître famine, pauvreté et guerres). Mettre fin à la triste parenthèse de l'OUA était une priorité pour Gbagbo dès son arrivée au pouvoir en 2000 pour passer à la nouvelle Union Africain (en 2002) comme étape intermédiaire vers la création des Etats-Unis d'Afrique.

    Aujourd'hui,  M. Ouattara continue dans la même voie de Houphouet : il ignore les institutions de la Cote d'Ivoire (le conseil Constitutionnel) et  préfère attendre sa légitimité de Paris ou de Washington.  Il demande à une partie du monde de venir faire la guerre pour tuer une partie du peuple ivoirien. Il demande d'affamer les fonctionnaires ivoiriens en les privant de leur salaire. Il demande à la France d'organiser des commandos sous le couvert de la CEDEAO , et comme Houphouet, il n'a jamais expliqué ce qu'il compte offrir à la France en retour.

    Aux apprentis sorciers de la théorie des guerres éclair, j'ai envie de dire : aucune élection, aucune personne ne mérite qu'il y ait une seule vie de perdue. Les hommes passent, les empires disparaissent. Mais les cicatrices d'une guerre ne finissent jamais. L'Irak peut-il nous servir de leçon ?


    Trois exemples hors d'Afrique pour élucider mes propos :


    - Le 19 décembre 2010, on a voté en Biélorussie, le président sortant a proclamé qu'il a gagné avec 72% et a aussitôt mis en prison les dirigeants de l'opposition. Y-a-t-il un seul pays Européen qui a menacé ce pays d'utiliser la force pour déloger Alexander Loukachenko au pouvoir depuis 16 ans ? L'Union Européenne n'a prévu aucun plan militaire pour aller déloger le dictateur. La raison est simple : les 27 pays de l'Union Européenne ont à cœur la valeur de la vie de leurs frères et sœurs de la Biélorussie. C 'est à chacun de soigner ses intérêts et les Européens considèrent la vie humaine en Biélorussie plus importante qu'un dictateur qui s'en ira tôt ou tard.

    - Le Secrétaire Générale des Nations Unies M. Ban Ki-Moon et le Représentant de l'ONU en Cote d'Ivoire M. Y Choi sont tous les deux citoyens d'un pays divisé en deux, la Corée. Il y a un des deux présidents Kim Jong-Il qu'ils disent fou et un danger permanent pour sa propre population et pour ses voisins. Mais pour Kim, M. Y Choi et
    M. Ban Ki-Moon ont toujours justement prôné la retenue. A ceux qui veulent faire la guerre en Cote d'Ivoire j'ai deux questions : En quoi la vie d'un Coréen serait-elle plus précieuse à préserver que celle d'un Ivoirien ? En quoi la mort des populations civiles en cote d'Ivoire serait-elle moins grave qu'en Corée ? En quoi Laurent Gbagbo
    est-il plus dangereux pour ses voisins que le dirigeant Nord-Coréen M. Kim Jong-Il ?
     au pouvoir hérité de son père depuis 17 ans et qui lui-même l'avait exercé pendant 46 ans jusqu'à sa mort et qu'il s'apprête à passer à  son fils.

    - En Birmanie (Myanmar) en 2000 un vainqueur des élections présidentielles a été privé de sa victoire, pire, privé de liberté depuis 10 ans, Mme Aung San Suu Kyi (photo) s'est contenté en silence d'un prix Nobel de la paix, sans jamais exiger une quelconque intervention de l'extérieur pour aller déloger les usurpateurs du pouvoir. La victoire de Mme Aung San Suu Kyi validée par la Cour Constitutionnelle Birmane est-elle moins importante que la défaite de M. Ouattara déclarée perdant par le Conseil Constitutionnel de son pays ?

    M. Laurent Gbagbo entrera-t-il dans l'histoire comme un dirigent médiocre, méchant, valeureux ou éclairé ? Nul ne pourra le dire. Ce que nous savons par contre c'est qu'il est l'homme qui symbolise le mieux les frustrations des Européens et des Africains. La crise Ivoirienne s'est vite transformée en une crise raciale entre les Blancs et les Noirs, entre l'Afrique et l'Europe. Avec cette fois-ci un 3ème larron, la Chine en embuscade.

    Le jour précis (17/12/2010) où l'Union Européenne annonçait d'avoir à l'unanimité choisi le camp de Ouattara dans la crise Ivoirienne, contre Laurent Gbagbo, la Chine nous annonçait d'être devenue la première partenaire commerciale du continent africain en publiant les chiffres de 10 mois d'échanges avec les pays Africains. Il en ressort une augmentation du volume d'affaires à 20 milliards de dollars avec l'Angola faisant de ce pays son premier partenaire africain sur le plan commercial, mais aussi militaire. Et le hasard veut justement que
    l'Angola soit le pays qui soutient militairement les Forces de Défense et de Sécurité de Laurent Gbagbo en Cote d'Ivoire.  Et c'est ce même jour que  le général Chinois de division Jia Xiaoning, directeur adjoint du bureau des affaires étrangères au ministère chinois de la Défense était reçu en audience au Cameroun par le Président Biya. Ont-ils parlé de la crise ivoirienne ?

    La chine peut-elle aider financièrement l'Europe pour sortir de la crise économique et accepter qu'elle utilise cet argent pour la combattre en Afrique ? Ce qui est sur, c'est que c'est un scénario que l'Europe n'avait pas prévu. L'annonce la même semaine de l'avion chasseur bombardier furtif chinois le Chengdu J-20 est-elle un simple hasard de calendrier ou un message militaire lancé aux USA et à l'Europe ? Le message a été bien reçu à Washington, puisque le nouveau avion militaire furtif F-35 en préparation devant remplacer le F-22 est déjà
    jugé obsolète et on parle déjà de l'abandon du projet avec des milliers d'emplois à risque, à cause de la nouvelle barre technologique très haute que la Chine vient d'imposer à l'industrie de l'armement américaine jusqu'ici considérée la plus avancée du monde.

    Selon les experts militaires américains, le J-20 chinois doté de gros missiles antinavires est spécialement conçu pour détruire les nouveaux 10 port avions américains en construction jusqu'en 2058. On comprend dès lors pourquoi le porte avion français Mistral qui en ce moment fait route vers Abidjan pour déloger Gbagbo avant la fin du mois de janvier comme nous l'a promis Ouattara, serait détruite par le nouveau J-20 chinois en moins de 5 minutes. Pour l'instant, la Chine ne tirera pas un seul coup dans la crise ivoirienne, mais il y a à parier que la
    prochaine crise sera très différente, car l'hégémonie européenne qui dure depuis l'an 1.454 en Afrique vit ses dernières heures à Abidjan.

    La crise ivoirienne qui n'était apparemment au départ qu'un simple démêlé entre Européens et Africains s'est très vite révélée comme l'anticipation  de la bataille militaire Chine-Occident qui ne fait que commencer, sur le sol africain. C'est aussi le prélude d'une longue saison tumultueuse entre l'Afrique et l'Europe qui peine à accepter l'inexorable autonomie effective de l'Afrique, 50 ans après la parodie d'indépendance. Récemment, les généraux de l'armée chinoise sont en train de défiler un peu partout en Afrique pour tisser des accords de partenariat militaire ; à Pékin, on ne cache plus que le vrai but est de neutraliser toutes les rebellions que l'Europe
    organisera sur le sol Africain pour les freiner et retarder cette autonomie.

    L'arrivée de la Chine sur la scène politique, économique et militaire africaine est en train de se transformer en cauchemar pour l'Europe qui en perd toute sa lucidité. Depuis 2007 l'Union Européenne a tout mobilisé pour proposer à la Chine une sorte de triangulaire pour stopper les gigantesques investissements de la Chine en Afrique. L'ex Commissaire Européen au Développement Louis Michel a fait d'incessants déplacements à Pékin pour faire mille propositions sans succès. L'Europe ne démord pas pour autant, c'est chacun des 27 qui essaye
    même en solo. L'homme le plus recherché à Pékin et qui donne les maux de têtes aux occidentaux s'appelle : Zhang Ming, le « Monsieur Afrique subsaharienne » du ministère chinois des Affaires étrangères. Tous le
    détestent et tous lui font la cour. Que lui veulent les occidentaux ?

    Ils lui demandent ni plus ni moins que de faire semblant d'aider l'Afrique, sans vraiment passer à l'action. On lui explique que c'est cela les règles du jeu depuis 5 siècles et qu'il y a très gros à gagner. Que répond-il ? NIET. La Chine n'est intéressée par aucune triangulaire. L'Afrique qu'on disait marginalisée est remise par la Chine au centre des convoitises. Le président Chinois a visité presque tous les pays africains et certains, 3 ou 4 fois, lorsque les Présidents américains en 8 ans ne visitent que 2 ou  3 pays africains. Et sur les 27 pays de l'Union Européenne, 21 sont dirigés par des présidents qui n'ont jamais mis pied en Afrique.

    L'Europe est en train de compatir dans une médiocrité des plus grotesques tentant d'embourgeoiser les Chinois en Afrique et de leur enseigner leurs vieilles recettes mesquines qui ont cloué au sol pendant 50 ans le décollage de l'Afrique, avec des slogans tout aussi burlesques et minables : « L'Union européenne et la Chine se sentent
    plus près de l'Afrique que tout autre continent. »
    . Les rares documents que nous avons entre les mains des propositions secrètes européennes à la Chine justifient toute cette panique à bord par l'inquiétude des Européens sur un probable surendettement de l'Afrique si la Chine continuait sur cette lancée. Cette thèse est complètement
    saugrenue. C'est comme si un interdit bancaire allait voir son banquier pour lui expliquer qu'il ne dort pas depuis des semaines parce que son voisin risque de devenir surendetté si cette même banque continuait de lui donner des crédits. Et le supplie de ne plus traiter directement avec ce voisin, mais de  passer par lui afin qu'il filtre
    et suggère ce qui va bien pour son voisin. Le FMI a récemment refusé un crédit à la RDC au motif que le Congo reçoit des investissements chinois.

    Edwards Bernays dans son livre « Propagande ou l'art de Manipuler l'opinion publique en démocratie » nous enseigne que la manipulation consciente, intelligente, des opinions et des habitudes organisées des masses joue un rôle important dans une société démocratique. Ceux qui manipulent ce mécanisme social imperceptible
    forment un gouvernement invisible qui dirige véritablement le monde. L'Union Africaine doit reprendre la main en Cote d'Ivoire pour que le gouvernement invisible de l'Europe n'entrave, ne déstabilise et n'enlève à l'Afrique une des pièces maîtresses du puzzle ( la Cote d'Ivoire) dont elle aura besoin pour former et bâtir le mosaïque des
    Etats-Unis d'Afrique. Si aujourd'hui la Cote d'Ivoire est sacrifiée pour offrir à l'Europe une consolation de répit dans sa guerre commerciale et industrielle perdue d'avance avec la Chine (comme le diktat chinois sur les terres rares), demain à qui le tour ?

    La crise ivoirienne aura pour le moins, le mérite de nous donner plusieurs enseignements :

    L'ONU est une boite vide qui nécessite une complète refonte. Cette organisation est en train de se transformer en instrument de déstabilisation des nations et l'initiatrice des guerres civiles plutôt que d'être un instrument de pacification des peuples comme elle a été originellement conçue.

    La finalisation des Etats-Unis d'Afrique est un impératif qui ne peut plus attendre. Tout le processus de la fédération africaine en cours doit être accéléré pour ne pas laisser l'espace aux vieux démons de l'Afrique de faire repartir un nouveau cycle de violences, de guerres et donc de déstabilisation du continent contribuant ainsi comme durant les 50 ans précédents à détourner l'attention des vrais enjeux et des objectifs de création du bonheur pour les populations africaines.

    L'entrainement pour la première guerre mondiale du 21ème siècle entre l'Occident (Europe/USA) et la Chine se fera très probablement sur le sol africain. Le déclin des premiers ne les prive pas de l'instinct d'arrogance habituelle pour continuer d'humilier la seconde en lui intimant ce qu'elle doit faire en Afrique, sur la dévaluation du Yuan. Le ridicule ne tue pas. Ce sont les pays qui se sont de trompés de politique et sont responsables d'une crise financière mondiale, qui prétendent de donner des leçons à la Chine qui elle a été vertueuse dans sa gestion. Il y a une ligne rouge que tôt ou tard l'occident va traverser et ce jour là, cela va faire :
    Boum ! Et c'est pour ce Boum que l'Afrique sert aujourd'hui à l'un et à l'autre de terrain d'entrainement.

    CONCLUSION

    Il me plait de conclure avec ces deux extraits de commentaires sur la crise ivoirienne :

    1-  « Les colonialistes ont toujours un masque. Ils ne disent jamais du bien de vous. Ils pillent vos ressources naturelles. Ils ont commis des génocides à l'égard des Indiens d'Amérique, détruit des civilisations comme celle des Aztèques. Au nom de la liberté du commerce, ils ont imposé à la Chine trois guerres d'opium. Au nom de
    l'esclavage, ils sont venus imposer le travail forcé en Afrique. Aujourd'hui, c'est au nom de la justice internationale qu'ils interviennent en Cote d'Ivoire. Quelle est cette justice Internationale ? Les magistrats du Tribunal Pénal International sont atteints de ce qu'on appelle un daltonisme au noir. Le dalton ne voit pas certaines couleurs. Ils ne voient que le noir. Si vous allez à la Cour internationale, tous les inculpés sont noirs, pas parce qu'il ne s'est rien passé à Gaza, pas parce qu'il ne s'est rien passé à la prison d'Abugraïb. La question que je me pose maintenant est : Pourquoi l'Afrique accepte-t-elle cela ? Je ne dis pas que tout le monde est innocent, mais si ces gens sont coupables, c'est aux Africains de les juger. Pourquoi l'Afrique accepte-t-elle que ses dirigeants soient jugés par une bande de cosmopolites qui la méprisent »
    .  Jacques Vergès Avocat Français (ancien défenseur du leader Serbe Milosevic au TPI)

    2- « Derrière le maintien ou non de Gbagbo au pouvoir se joue le contrôle du Golfe de Guinée, cet Eldorado pétrolier que Français ou Américains, en perte de vitesse dans le monde arabe, et unis pour cette fois, ne souhaitent pas voir passer en d'autres mains. A leurs yeux, Alassane Ouattara, ami personnel de Sarkozy, ancien directeur du FMI et gestionnaire libéral, représente un interlocuteur beaucoup plus crédible que Gbagbo le nationaliste ». Colette Braeckman, journaliste au quotidien belge Le Soir.  Née en 1946, grand reporter, elle
    collabore aussi au "Monde Diplomatique"

    Voilà pourquoi à mon avis il n'y a jamais eu d'élection en Cote d'Ivoire, mais une parodie d'élection. Avec 300 milliards de Francs des Ivoiriens que l'Onu a jeté par la fenêtre pour un simulacre d'élection on aurait pu  construire 300 hôpitaux, 1000 écoles, 50 Universités, 3.000 crèches, 5.000 dispensaires.


    Prof. Jean-Paul Pougala (*)

    (*) Professeur à l'Université de la Diplomatie de Genève en Suisse (co-auteur de « L'Afrique, l'Europe et la Démocratie Internationale » (ed. Federop))